À quoi tu penses?

 Ça aurait pu être simple... Je veux dire, non, bien sûr, ça ne pouvait pas l'être... Pas avec Audrey dans les parages, en tout cas...

Ce genre d'histoire n'est jamais simple de toute façon. Des idées tordues, Audrey, elle en a à jet continu. Celle-là n'est peut-être même pas la plus tordue du lot. Mais c'est celle qui nous a menés le plus loin...

Donc, au début, j'ai cru que ce serait simple: d'un côté, y avait Audrey et moi, de l'autre Karina. Sauf que rapidement y a eu d'un côté Audrey et moi et de l'autre Karina et moi. Sans compter le moment où y a plus eu de côté du tout.

Bref, ça aurait pu être une histoire simple si il s'était pas agi de Karina, Audrey et moi.

Seulement, y aurait pas eu d'histoire, là...

Chez Casterman, bien sûr…

 

«Dès que le récit commence on ne sait plus où on en est, au point d'avoir l'impression d'arriver trop tard. Tous les "je" parlent et semblent se justifier d'actes sans doute inavoués et irréparables. L'un après l'autre les protagonistes Martin, Audrey, Karina livrent leurs secrets, leur histoire et à mesure que le récit progresse on comprend ce qui les lie, comment leurs routes se sont croisées … Faiblesse, passion, voracité, errance et névroses diverses se disputent la vedette dans cette histoire sombre et peuplée d'anti-héros.» (Babelio)

«Martin est beau, fort et musclé. Mais pas trop fut-fut. Un peu simple, quoi. Faut dire qu'il a pas eu une enfance très heureuse. Envoyé à l'Assistance Publique à huit ans par sa mère, parce qu'il encombrait son nouveau mec. Depuis, il n'a pas arrêté de se faire la malle. Jusqu'à ce qu'il rencontre Audrey.
Audrey, elle n'a pas eu une vie plus heureuse. Elle a même passé quelques jeunes années en prison. Sortie pour être "réinsérée" dans des boulots minables. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Martin et qu'elle trouve des idées pour, à deux, sortir du merdier.
En commençant par braquer des bourgeois. Puis, en utilisant les avantages que la nature a légués à Martin pour séduire de riches vieilles et leur extorquer quelques briques une fois qu'elles sont bien "accros". C'est comme ça qu'il lève Karina, sur la plage, et qu'il entame une double-vie, dont Audrey tient les rênes.
Enfin, au début. Car, accro elle aussi à Martin, elle commence à trouver saumâtre qu'il passe autant de temps à baiser la vieille, ne lui laissant que les miettes. Et finit par ne plus rien supporter. A se gaver de tranquillisants. Martin, de bonne volonté, a du mal à suivre, entre les exigences des deux femmes. Aussi, quand Karina lui demande de choisir entre elles deux, de "trancher", il la prend au mot. Martin n'est pas très fut-fut et il tranche vraiment. Ce n'est pas tout à fait ce qu'elle voulait dire. Mais elle n'aura pas le temps, vraiment, de le regretter. Quand on est mort, on n'a plus de regrets.
Un petit bijou de scénario, dont chacun des protagonistes raconte les différentes étapes, de son propre point de vue, à la première personne. Déroutant au début, ce procédé de narration permet de rentrer dans la peau des personnages et de bien ressentir la manière dont ils ont vécu le drame. Les textes, ciselés, font le reste: on reste accroché jusqu'à la succession de dénouements, tous inattendus.» (Patrick Albray)

Télécharger
À quoi tu penses?
Intérieur complet
À quoi tu penses?.pdf
Document Adobe Acrobat 27.1 MB